Film : Redanserons-nous la gavotte ?

      Aucun commentaire sur Film : Redanserons-nous la gavotte ?

Privés de fest-noz, des Bretons se sont filmés avec leur portable pendant le confinement. Entre témoignages et histoire, le film Redanserons-nous la gavotte ? du réalisateur de Carhaix (Finistère), Philippe Guilloux, nous plonge dans la danse et bien plus…

Depuis près d’un an, les centre Bretons sont privés de festoù-noz. Autant dire que tout le monde attend de retrouver ces moments de rassemblement communautaire et de pouvoir danser la gavotte.
Autant dire que les festoù-noz ont vraiment manqué en 2020 et qu’on espère avec impatience pouvoir s’y remettre, d’où l’idée de Philippe Guilloux de réaliser un documentaire – son treizième film – sur la gavotte. Un film, tourné avec des Smartphones au moment du premier confinement qui nous parle de cette danse emblématique du centre Bretagne et de beaucoup d’autres choses. Un film plein d’humanité, d’émotion et d’humour. « J’ai été étonné de ce que les gens ont réussi à faire avec leurs téléphones, explique Philippe Guilloux. Et surtout de leur intelligence face à la situation. La gavotte représente tout ce qu’on ne pouvait plus faire avec la pandémie : se tenir la main, être ensemble dans une salle, danser ou aller boire un coup avec les copains pour refaire le monde ou juste plaisanter… »
Dans une époque où certains en viennent à considérer la culture comme quelque chose de non essentiel, le film de Philippe Guilloux nous rappelle aussi que, loin d’être une distraction futile, la gavotte comme les danses bretonnes, constituent aussi un art de vivre et un formidable prétexte d’interactions sociales.

La diffusion télévisuelle de « Redanserons nous la gavotte ? » est calée : le jeudi 4 février à 20H30 sur TVR – le samedi 6 février 20H30 sur Tébéo et TébéSud. Puis en replay !

Bande annonce :
https://vimeo.com/504472431?fbclid=IwAR3IHvaQyVgbzpaIBBLbV-ILwPZaIatoLW29iqZIKpQV4vv56jeIzNmnBn8

Philippe Guilloux :
Né en 1960 à Aulnay-sous-Bois, Philippe Guilloux débute son parcours comme animateur-programmateur de salles de cinéma Art et Essai. Ce poste qu’il occupe pendant 20 ans lui permet d’acquérir une solide culture cinématographique et il lui donne envie de passer de l’autre côté du projecteur. Le hasard des rencontres lui a permis de démarrer une carrière de monteur. Il est le fondateur de la société Carrément à l’Ouest, basée à Carhaix, en Centre Bretagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *